• [14/12/09]evous.fr Jena Lee trace sa route

    Jena Lee trace sa route... L’interview N°2 !





    Jena Lee, qui occupe toujours le sommet des charts avec J’aimerais tellement, revient avec Je me perds, nouveau single dont le clip déchaîne déjà les passions. Premier média à l’avoir rencontrée, Musique.evous a voulu savoir comment elle vivait ce succès-éclair... Entretien avec une jeune femme qui garde les pieds sur terre.

    Bonjour Jena. On s’était rencontré avant la sortie de ton album et tu te retrouves aujourd’hui au sommet des charts : comment vis-tu ce tourbillon ?
    J’étais complètement surprise ! En plus, on n’avait pas de radios derrière nous sauf Voltage, alors je me disais : "Ok, tant pis, on ne fera pas un grand score, mais ce n’est que le début". Et là, N°1 directement…. J’étais choquée (rires) !

    Comment expliques-tu tes difficultés au début à passer en radio ?
    Pour certaines j’étais trop rock, d’autres trop R&B, d’autres me disaient que c’était pour un public trop jeune…. Il y a eu plein de réponses négatives. Juste Voltage à Paris qui a passé mon titre dès le début et je les en remercie !

    Et j’imagine que tout d’un coup, tout a changé…
    Dès le lendemain de mon N°1, je suis rentrée dans les playlists de NRJ et Skyrock… Evidemment, ils ont contribué à ce que mon succès dure… Maintenant tout va bien ! On ne se rendait pas du tout compte que j’avais déjà une vraie base de fans… Mais le public du web était bien présent, le clip est passé assez souvent et voilà ! Mais je suis toujours épatée quand je vois les ventes parce que je m’attendais à ce que ce public du web télécharge plus mais non, ils ont bien acheté mon album. Je les remercie !

    Tu es nominée aux NRJ Music Awards. Est-ce important pour toi ?
    Oui ! C’était super important car j’ai toujours regardé ce show en voulant y être donc c’est encore un rêve qui se réalise. J’ai hâte d’y être, c’est quelque chose de magique.

    Et dans ta vie de tous les jours, comment ça se passe ? Prends-tu encore le métro par exemple ?
    Oui, je le prends encore ! Je ne pense pas que ça ait changé beaucoup de choses tout de suite. On ne me reconnaissait pas trop au début mais maintenant les gens commencent un peu plus à me reconnaître. Par exemple, là, je me suis fait voler mon portable et j’ai été au commissariat. Il y avait des policiers qui disaient "Oh, c’est Jena Lee". Enorme (rires) ! Je n’ai pas encore rencontré trop de gens agressifs à part parfois, quand je vais dans des concerts, des concerts plus rock. Là je ne suis pas trop respectée et j’entends "C’est la meuf du Emo-R&B…" Moi ça me fait rire ! Mais je n’ai rien changé, je continue de voir mes potes et je reste concentrée sur ce que je fais et en particulier en ce moment sur le live.

    Et au niveau de tes relations avec ton entourage….
    Il y en a qui n’ont pas changé du tout, d’autres un peu et il y en a certains qui veulent beaucoup plus me voir en ce moment… Et quand je ne suis pas disponible, ils croient que je fais ma star ! Il y a pas mal de petites pressions autour de moi, mais mes vrais potes n’ont pas changé et sont toujours là.

    Le clip de ton deuxième single, Je me perds, vient de sortir et il fait un peu polémique à cause de l’évocation du suicide...
    J’ai pris bien plus de plaisir à tourner ce clip que l’autre, en fait. J’ai vraiment choisi l’équipe cette fois-ci, j’ai écrit le scénario avec le réalisateur donc forcément ça me ressemble plus. C’est vraiment le clip que j’attendais et j’en suis très fière. Maintenant, oui, il commence à déranger certaines personnes… Le clip est d’ailleurs censuré par certaines chaînes qui veulent qu’on coupe les passages du saut du jeune homme. On ne sait pas encore ce qu’on va faire… Moi, je préfère dire les choses telles qu’elles sont et dans le clip il n’y a rien de trash, c’est un "flash forward"… C’est une prémonition et, à la fin, le garçon est sauvé donc il n’y a pas vraiment de suicide. En plus, la chanson n’est pas du tout désespérée. On a mis un côté fantastique, il ne faut pas le prendre au premier degré. Ce n’est pas l’apologie du suicide.

    Que veux-tu faire passer comme message avec ce titre ?
    Juste des sentiments, des trucs dont je me suis sortie quand j’étais ado. J’ai eu ces phases où je me détestais et où j’avais envie de tout envoyer promener, envie de hurler. Mais je suis toujours là, c’est la preuve que ça peut s’arranger et que ce n’est qu’une passade. Voilà ce que j’ai voulu mettre en avant. Ce sont des angoisses que les jeunes ont de toute manière et en voyant ce clip, je pense que certains dans cette situation vont être soulagés de voir qu’ils ne sont pas seuls.

    Il y a beaucoup de jeunes qui peuvent te prendre pour référence…
    Je n’y pense pas vraiment car je ne suis pas moralisatrice, je ne viens pas leur donner des leçons et je crois que c’est aussi pour ça que ça marche. J’étale, je raconte des histoires vécues et eux se font leur propre idée. Je ne suis pas là pour être la voix de la sagesse.

    Le troisième single a-t-il déjà été choisi ?
    Non, pas encore ! J’aimerais bien que ce soit Du style ou Redeviens toi-même mais après il ne faut peut-être pas trop rester dans le "dark"… Peut-être mettre un peu de gaieté. Je pense qu’on en sortira quatre au total…

    Il y a aussi ce titre, Vous remercier, qui s’adresse à tes parents adoptifs…
    J’ai eu beaucoup de mal à l’écrire, à le chanter et en ce moment beaucoup de mal à l’écouter. Cela a vraiment été très difficile… Sur scène, je sais que ce sera un problème mais si on fait vraiment une grosse tournée fin 2010, je pense la mettre. Je ne l’ai pour l’instant chantée qu’une fois au Sentier des Halles, parce que mes parents étaient dans la salle et, évidemment, ça a fini dans les larmes (rires) ! Ces choses-là, je ne les dis jamais dans la vie, je les écris seulement. Et d’ailleurs ce titre pourrait être un single mais j’hésite car je me dis que c’est peut-être trop personnel, peut-être un peu impudique aussi…

    Mon petit doigt m’a dit que tu pourrais faire les premières parties de Tokio Hotel lors de leur tournée en France….
    C’est vrai que c’était envisagé et puis on s’est dit que ça ne correspondait peut-être pas à ce que je voulais plus tard. Tokio Hotel a un public peut-être trop jeune et je voudrais m’élargir un peu plus donc finalement on a annulé. Après, ça ne veut pas dire que je n’aime pas ou que je ne respecte pas Tokio Hotel. Ils sont très forts dans ce qu’ils font. Mais non, ça ne se fera pas.

    Pour ta tournée, qu’envisages-tu exactement ?
    Ah la la… Moi, je rêverais d’avoir de gros moyens pour la faire mais en ce moment, étant donné le contexte économique, ce n’est plus possible du tout. Donc ce ne sera jamais le show à l’américaine que j’attends ! J’ai des idées, des tableaux en tête… Je veux quand même que ce soit très rock, je veux un groupe. On va remixer pas mal de morceaux. Mon autre angoisse c’est de me retrouver sur les routes pendant des mois, entourée que de mecs en plus… Ca va être rude !

    Es-tu attirée par la scène ?
    Je sens que ça peut me plaire mais je suis tellement flippée avant que ça ne me plaît pas vraiment encore. J’ai fait la première partie de Quentin Mosimann au Casino de Paris récemment et j’ai adoré. C’est très difficile pour moi mais quand c’est fini, je n’ai qu’une envie : c’est d’y retourner ! J’ai vraiment peur et je pense qu’il faut vraiment que je m’habitue avant d’y prendre du plaisir. J’ai besoin de prendre de l’assurance car je ne me sens pas encore pro pour le live.

    J’ai l’impression que tu es déjà tournée vers ton deuxième album…
    J’y pense déjà mais, autour de moi, on me dit de ne pas me précipiter. Seulement, j’ai tellement d’autres trucs à dire maintenant ! J’ai vécu d’autres expériences et j’ai franchi de nouvelles étapes…

    Propos recueillis par Carole Bouchard

    La source : http://www.evous.fr/musique/Interview-Jena-Lee-Je-Me-Perds,8690.html



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :